Suisse chédail 01.
8 citations
Commentaires
Géolinguistique
Histoire
Avis et études
VedetteDéfinition
chédail (n. m.) [API] Cliquez pour entendre la prononciation.

Ensemble de matériel d'exploitation d'une ferme (s'oppose à bétail).

Un hangar à chédail. Mise de chédail, miser son chédail.

[État des données: avancé]
Variante(s) polymorphique(s)
Ancienn. chédal. Au XIXe s. la forme la plus fréquente est chédal, mais chédail (dû à l'influence de bétail) apparaît dès 1824 et s'impose au XXe s., au détriment de chédal tombé en désuétude dans l'usage contemporain.
Citation(s)Référence(s)
Et ce que je suis, moi ? Est-ce que nous faisons partie du bétail ou du chédail ? 1961, S. Chevallier, Le Silence de la terre, p. 34.

[littérature]
Parce qu'elle était importante, la mise de bétail et chédail du fermier du syndic avait été annoncée longtemps à l'avance dans les journaux. Pour le propriétaire qui mise et son bétail et son chédail, c'est toute une organisation et tout un travail aussi; un travail de longue haleine qui débute des semaines avant la date retenue. Pour la circonstance, il faut que les bêtes aient fière allure et le chédail de même. 1964, A.-L. Chappuis, A petit feu, p. 17.

[littérature]
Le jeudi 29 novembre dès 13 h., pour cause de santé, M. A. B. fera miser tout son chédail en parfait état, soit: [...]. 1973, Feuille des avis officiels du canton de Vaud, 6 novembre, p. 2720.

[presse, journaux, périodiques]
A vendre [/] domaine agricole d'environ 10 ha. avec possibilité de louer des terres. [...] Possibilités d'achat du cheptel vif et du chédail. 1975, Le Sillon romand, 24 janvier, p. 8.

[presse, journaux, périodiques]
Samedi 15 février, dès 12 h. 30, M. J.-P. B. exposera en mise publique, pour cause de fin de bail, tout son bétail et chédail, soit: [...]. 1975, Le Sillon romand, 31 janvier, p. 8.

[presse, journaux, périodiques]
Famille d'agriculteurs, ayant son bétail et chédail, cherche à louer ou à acheter un domaine de 15 ha [...]. 1976, Le Sillon romand, p. 13.

[presse, journaux, périodiques]
Pour raison d'émigration, la famille E. et J. H. [...] exposera en mise publique et volontaire, au comptant, tout le bétail et chédail. 1983, Le Pays, 5 mars, p. 22.

[presse, journaux, périodiques]
Sans thérapie de choc, l'agriculture suisse va continuer de mourir à la petite semaine, au gré des ventes aux enchères de bétail et chédail qui agrémentent la page «bonnes affaires» de la presse paysanne. 1995, Le Nouveau Quotidien, 18 mars, p. 18.

[presse, journaux, périodiques]
Commentaire linguistique
Ce terme souvent inconnu des citadins est cependant très fréquent dans la presse rurale (petites annonces) et la littérature du terroir.
Répartition
  • s01 - Suisse romande
Origine
Emprunt d'un lexème, d'un syntagme, d'une expression (avec son sens) au dialecte francoprovençal.
Historique
Attesté depuis le XIVe s. en Suisse romande, avec d'abord le sens de «capital, patrimoine» (v. GPSR). Transposition en français régional d'une forme dialectale doublet du français cheptel, avec changement de suff. et restriction de sens (le mot désignait auparavant l'ensemble des bêtes et du matériel) par polarisation avec bétail. – GaudyGen 1820, 1827; DeveleyVaud 1824; PeterCacol 1842; HumbGen 1852; CalletVaud 1861; GrangFrib 1864; BonNeuch 1867; Gdf 2, 90b s.v. chatel; WisserVolk 1909; Pier, PierSuppl s.v. chédal, chétal; FEW 2, 253b, CAPITALIS I 2; GPSR 3, 470a-472a; IttCons 1970 (> DFV 1972, CuenVaud 1991); TLF; ChuardVaud 1979; Pid 1983, 1984; GR dp. 1985; DSR dp. 1999; Garino 2003.
Étymon du FEW
capitalis
Bilan métalinguistique
Ce mot, au sens ancien d' «ensemble des bêtes et du matériele d'une exploitation» (cf. Historique), est tour à tour critiqué ou valorisé par les cacologies. Peter et Callet le considère comme un terme «pas français». Peter propose de le remplacer par cheptel, Callet indiquent que les deux ne sont pas synonymes mais ne donne aucune alternative. Develey s'insurge contre la tendance de remplacer chédail par cheptel qui n'a pas exactement la même signification car «il vaudrait sans doute mieux conserver notre ancien terme que de lui en substituer un autre dont l'acception est toute différente». — DeveleyVaud 1824 nº475; PeterCacol 1842; CalletVaud 1861 s.v. cheptel.
#SU-16109