Histoire
Francophonie
Suisse tiaffe#2 01.
1 citation
Commentaires
Renvois
Géolinguistique
Histoire
VedetteDéfinition
tiaffe (n. f.) [API]

Fam. Neige sale et fondante se transformant en boue.

Patauger dans la tiaffe.

[État des données: avancé]
Variante(s) polymorphique(s)
diaffe; tchaffe («neige fondue» IttCons; «margouillis, boue; stress» CuenVaud). On trouve au fichier CD quelques attestations de la forme diaffe («La ??diaffe' est un mot mystérieux. Son origine est douteuse, sa prononciation variable (on peut dire ??tiaffe') et son sens peu précis. C'est la boue de chemin ou, pour certains, la neige à moitié fondue. Cependant, il semblerait que ??diaffe' soit plutôt genevois et ??tiaffe' plutôt vaudois et valaisan.» Courrier de Genève, 30 nov.-1er déc. 1985). Cette forme n'est pas connue qu'à Genève; cf. diaffe «mélange de neige et d'eau produit par la pluie ou le radoux» GrafBern.
Citation(s)Référence(s)
Ce matin, lorsque le Lausannois a mis le nez dehors, il a trouvé les rues sèches (peu probable), mouillées, pleines de «tiaffe» ou recouvertes d'une bonne couche de neige. Tout a dépendu de la température nocturne. 1977, 24 heures, 12 janvier, p. 13.

[presse, journaux, périodiques]
Commentaire linguistique
Tous les emplois du mot sont familiers, et pratiquement inusités dans la littérature.
Dérivé(s), composé(s) et mot(s) de même famille
tiaffe 2
Répartition
  • s01 - Suisse romande
Origine
D'origine obscure.
Historique
Mots d'origine obscure, peut-être onomatopéique. La forme tiaffe (à côté de tioffe) apparaît pour la première fois dans HumbGen 1852, avec un sens qu'on ne retrouve plus aujourd'hui («nigaude, niaise, bécasse»). Avec le sens de «neige sale et fondante», le mot est probablement d'origine onomatopéique (bruit des pas dans la gadoue); c'est certainement aussi le cas des dér. verbaux tiaffer «faire du bruit en mangeant» et tchaffer «marcher dans la boue» (attestations isolées dans IttCons). - HumbGen 1852 (> DumontGen 1983); RouxArgSold 1921; Pier; «niaise, bécasse; margouillis, boue» SnellGen 1960; IttCons 1970; «gadoue» Had 1983; «chaleur accablante» Nic 1987; GrafBern 1987; «très forte chaleur; neige fondante se transformant en boue» PLi dp. 1989; «chaleur accablante; (rare) boue, neige sale et fondante» Nic 1990; «forte chaleur» ChevalleyListe 1990; «être dans la tchaffe» CuenVaud 1991, p. 162; «forte chaleur» OffScrabble 1995; DSR 1999.
Français de référence
Équivalent(s)
gadoue, n. f.
Remarque(s)
Gadoue est plutôt rare à l'oral en SR.
#SU-52