Vedette

awa (adv.)

Définition

Fam. Exprime un refus.
-Tu veux encore du riz? -Awa! [=non].
[État des données: avancé]

Variante(s) graphique(s)

(Moins cour.) Awouah, ah oua

Commentaires

1. Emploi très courant, emblématique et stable (C.Pauleau, enquêtes linguistiques 1990-2005), ce depuis au moins les années 1970. 2. Dans les boutiques de souvenirs, cette expression figure dans des textes rassemblant diverses expressions du pays, avec le titre Lôngage ] à nouzautes (textes sur des cartes postales -1992, des sets de table -2010) -C. Pauleau, enquêtes linguistiques.

Renvoi(s) à d'autres langues

[awa] (arabe); [waxxa] (berbère)

Synonyme(s)

(T.cour.) laisse t'à l'heure!; (Cour.) aïta

Antomyme(s)

Origine

Innovation sémantique français de Nouvelle-Calédonie

Historique

En français d'Algérie on trouve la forme awa notamment comme particule dubitative (C.N.R.S., 1984) et en arabe également -y compris en arabe littéral- où cette forme polysémique peut notamment avoir une fonction phatique. Le berbère possède également une forme approchante, [waxxa] en amazighe par exemple (forme à fonction phatique, notamment). Soulignons que ces formes d'Afrique du nord sont particulièrement polysémiques et peuvent être employées de façons très diverses voire contradictoires selon la prosodie et l'intonation qu'on leur associe, (notamment ces expressions peuvent être affirmatives également -équivalents de "oui"). Les migrations en provenance d'Afrique du nord étant une réalité en Nouvelle-Calédonie (notamment la déportation de révoltés kabyles au XIXème siècle et la migration de Pieds-Noirs après les indépendances), on peut penser que le français d'Algérie et les langues arabe et berbère ont leur importance dans l'histoire du français en Nouvelle-Calédonie.

Bilan métalinguistique

C.N.R.S., 1984.
NC: 14290