Vedette

chef de canton (n. m.)

Définition

Notable placé à la tête d'un canton en tant que représentant du pouvoir central et qui est sous l'autorité d'un sous-préfet.
[État des données: en cours]
Citation(s) Référence(s)
La scolarisation obligatoire, pas plus que la scolarisation par le biais des chefs de cantons, n'ont permis une bonne fréquentation scolaire au Ouaddaï.
1976, I. H. Khayar, Le refus de l'école, Paris, Librairie d'Amérique et d'Orient, p. 79.
[études scientifiques]
Avant les nouvelles dispositions prises par l'administration française, alors que les chefs de villages n'étaient pas encore subordonnés à des chefs de cantons, tout allait bien...
1981, A. Gide, Voyage au Congo, suivi de Le retour du Tchad, réédition, Paris, Gallimard, p. 233.
[littérature]
Le chef de canton de Bodo (...) était puissant, respecté, et possédait de nombreuses épouses, signe évident de richesse et de notoriété.
1983, A. Bangui, Les ombres de Kôh, Paris, Hatier, p. 54.
[littérature]
Le chef de canton est une autorité reconnue par les habitants (...). Il a généralement la responsabilité de la police, de l'hygiène, de la voirie et du recouvrement des taxes.
1987, Institut National des Sciences de l'Éducation, Géographie du Tchad (cours moyens), Paris, EDICEF, p. 24.
[études scientifiques]
Certains ont perdu le titre de chef de canton lors de multiples découpages territoriaux aux termes desquels leurs circonscriptions administratives avaient été rattachées à d'autres cantons.
1994, Le Progrès, 08 novembre.
[presse, journaux, périodiques]
[Les cadres du Logone géographique assimilent] l'assassinat du chef de canton, des chefs de village et des chefs coutumiers et religieux à une volonté délibérée de détruire les fondements de la société ngambaye (...).
1998, N'Djaména Hebdo, 26 mars.
[presse, journaux, périodiques]

Commentaires

Employé dans tous les milieux.
TC: 20149