Vedette

animal (un ~ de) (loc. nom.)
Autrefois, souvent prononcé avec [l] à la place de [n] (v. Étymologie/Historique).

Définition

Fam. (Suivi d'un subst. désignant un animé ou, par ext., un inanimé). Sert à exprimer le caractère extrême de la taille ou de la puissance d'un être, de la dimension d'un objet.
[État des données: avancé]
Citation(s) Référence(s)
Il est arrivé avec un animal de lion, comme on a jamais vu. Il y avait des gros arbres là, des merisiers. Il [ le lion ] t'a tordu ça, une force épouvantable.
1949, Les Éboulements (Charlevoix-Ouest), AF, L. Lacourcière 807.
[enquêtes]
Partent à la pêche. Il croche [ prend à l'hameçon ] un animal de brochet. [ ... ] Ils prennent un brochet, monsieur, assez gros, qu'ils étaient vingt-sept hommes, ils en ont mangé trois jours de temps dessus, pis au bout de trois jours, il en a resté encore pour un repas.
1954, L'Anse-Saint-Jean (Chicoutimi), AF, C. Laforte 17.
[enquêtes]
Tout d'un coup, ils te voyent un animal de château. Une bâtisse, j'en ai jamais vu de pareille moi. Ils disent [ qu' ] à New-York, il y en a des semblables, mais j'y ai jamais été.
1960, Acton Vale (Bagot), AF, C. Laforte 975.
[enquêtes]
Un moment donné, il ressoud [ «survient» ] un géant, un animal de géant. Enragé noir.
1965, Saint-Jean-des-Piles (Champlain), AF, P. Carignan 22.
[enquêtes]

Origine

Maintien d'un lexème, d'un syntagme, d'une expression (avec son sens) parlers régionaux de France

Historique

Pour la prononciation [alimal], voir sens 01. – Depuis 1949; sans doute hérité des parlers de France. Relevé en jersiais dans un annima dé j'va [ = cheval ], annimale dé vaque [ = vache ] (v. LeMJers, s.v. annima, où le sens de ces expressions n'est cependant pas précisé).
QU: 300