Vedette

tray (n. m.)

Définition

Plateau servant à transporter et à exhiber des marchandises à vendre, ou des cartes et des dés à jouer.
[État des données: avancé]

Variante(s) graphique(s)

tré (graphie créolisante).
Citation(s) Référence(s)
Des marchandes, en "golles" blanches, venues du Petit-Bourg, ont posé leurs trays et leurs corbeilles de friandises un peu partout.
1950, J. Zobel, La Rue Cases-Nègres, p. 63.
[littérature]
Mais ce qui m'intéresse, ce sont les éventaires des marchandes qui se multiplient en envahissant partout les alentours du bureau et la rue Cases. Arrivent encore les jeunes vendeuses de cacahuètes en robes fleuries et aux madras si aguichants que rien qu'à les voir il me prend l'envie de croquer leurs pistaches. Et les marchandes de boudin noir et pimenté. Et une grosse femme, la plus familière de toutes, Mam'zelle Zouzoune, qui vend derrière deux trays - un de pain, un de poissons frits - et un réchaud à charbon de bois sur lequel elle a fait frire des akras de morue.
1950, J. Zobel, La Rue Cases-Nègres, p. 64.
[littérature]
Il y avait aussi des jeux de dés et de cartes en plein air, autour d'un tray et d'une torche [...].
1950, J. Zobel, La Rue Cases-Nègres, p. 85.
[littérature]
Elle fait des rochers de coco et des gâteaux qu'elle étale, pour les vendre, dans un petit tray posé sur le rebord de sa fenêtre.
1950, J. Zobel, La Rue Cases-Nègres, p. 115.
[littérature]
Alors, je m'arrêtais devant un jeu - un des nombreux trays formant autant d'îlots de joueurs debout dans cet océan de gens qui se promenaient en tous sens.
1950, J. Zobel, La Rue Cases-Nègres, p. 194.
[littérature]
À l'heure des récréations de l'école Perrinon, elle plantait son tray devant les grilles, et la marmaille dansait autour d'elle.
1986, P. Chamoiseau, Chronique des sept misères, p. 109.
[littérature]
Victoire était chargé d'apporter le tray [en ital. dans le texte] du petit déjeuner à neuf heures tapantes [...].
2006, M. Condé, Victoire, les saveurs et les mots, p. 56.
[littérature]
Chaque midi, Danila empilait de la vaisselle sur un tray qu'elle recouvrait d'une serviette brodée. Ce tray sur la tête, Victoire trottinait jusqu'aux Basses qui était alors un faubourg populeux aux portes de Grand-Bourg.
2006, M. Condé, Victoire, les saveurs et les mots, p. 67.
[littérature]
Victoire apprit la nouvelle de la bouche de la marchande de lait qui passait chaque jour à six heures trente tapantes, maintenant en équilibre sur sa tête un tray rempli de bouteilles.
2006, M. Condé, Victoire, les saveurs et les mots, p. 135.
[littérature]
Adelia, la bonne, disposait la vaisselle sur un petit tray en osier qu'elle recouvrait d'un napperon.
2006, M. Condé, Victoire, les saveurs et les mots, p. 217.
[littérature]
Marchande [/] passée riche [/] passée heureuse [/] nulle ride ou main crochue [/] et pièce calcul amer [/] ne pouvaient contredire [/] les fastes de ton tré.
1994 [1996], P. Chamoiseau, Une enfance créole II: Chemin-d'école, p. 67.
[littérature]

Répartition

  • Martinique
  • Guadeloupe
  • Guyane

Origine

Emprunt d'un lexème, d'un syntagme, d'une expression (avec son sens) anglais

Historique

Emprunt à l'anglais tray n. "a utensil of the form of a flat board with a raised rim, or of a shallow box without a lid, made of wood, metal, or other material, of various sizes and shapes [...] now used for carrying plates, dishes, cups and other vessels, cards, etc., for containing and exhibiting small articles [...]" (OED2 en ligne).

Bilan métalinguistique

«Les régionalismes dans La Rue Cases-Nègres (1950) de Joseph Zobel», dans A. THIBAULT (coord.), Richesses du français et géographie linguistique (vol. 2), Bruxelles : De Boeck / Duculot, 2008, pp. 306-307. – André Thibault, "Français d'Amérique et créoles / français des Antilles: nouveaux témoignages", dans Revue de linguistique romane 2009, pp. 126-127.

Francophonie

Renvoi(s) aux autres zones francophones
Attesté sporadiquement au Québec (v. Thibault 2009, Revue de linguistique romane, p. 126-127).
AN: 5417